URBANISME (Loi Duflot)

La ville d'Audun-le-Tiche fait partie de la zone B2 du dispositif et est donc éligible à la Loi Duflot. (Plus d'informations sur le site concerné)

LES TRAVAUX

 

L’entretien des équipements existants : 

Nos écoles font l’objet de toute notre attention en raison de l’accroissement démographique auquel nous devons faire face dans les prochaines années. Nous avons investis dans des travaux de rénovation et de construction à l’école La Dell avec la création d’une salle de classe supplémentaire aménagée sous le préau et également dans la création de plusieurs classes dans le bâtiment B de l'école Jean-Jacques Rousseau.

 

Projets à plus longs terme :

  • Réalisation d’un nouveau centre de secours : le Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Moselle a pris la décision de réaliser un nouveau centre de secours qui accueillera les pompiers à l’horizon 2013-2014. La réflexion est en cours pour regrouper dans ce nouveau centre les soldats du feu d’Audun (qui comptent déjà 12 professionnels) et ceux de Villerupt, tous volontaires, qui assurent déjà des gardes sur Audun.
    La caserne actuelle devrait accueillir à l’avenir les ouvriers de l’Atelier Municipal.
  • Réalisation d’une nouvelle caserne de gendarmerie : le projet de la gendarmerie nationale consiste à regrouper l’ensemble des effectifs des casernes d’Audun, Aumetz et Ottange.
  • Aménagement d’un centre d’accueil des gens du voyage
  • Requalification de la place du château, du quai cabucière et de la rue du Horlet
  • Transfert de l'Espace Archéologique au Temple rue Foch

 Temple protestant

 

 

La ville et le développement durable

rond_pointDepuis plusieurs années, le service "espaces verts" de la ville est dirigé par M.Kuntz. Soucieux du respect de l'environnement, il a su avec l'aide de son équipe, orienter ses pratiques pour participer activement à la politique de développement durable de la ville.

Le fleurissement de la ville a été modifié : moins de plantes annuelles et un essor de la plantation d'arbustres et de plantes vivaces. Ces dernières cadrent parfaitement avec le développement durable : elles sont économiques (par définition il n'est pas nécessaire d'en racheter chaque année et elles nécessitent moins de main d'oeuvre).
En fin de saison, si on laisse ces plantes vivaces faner, elles créent leur propre protection pour l'hiver. D'autre part leur paillage à base d'écorces de cacao (qui lorsqu'elles vieillissent créent un engrais naturel) diminue le besoin d'arrosage et de désherbage. Cependant, pour créer des fleurissements nouveaux, l'équipe des espaces verts change ces vivaces de place environ tous les trois ans.

L'équipe tient aussi à ne pas utiliser d'insecticides : ceux-ci s'avèrent dangereux car un certain nombre de plantes sont mellifères et il faut donc veiller à ne pas nuire aux abeilles très sensibles aux insecticides.

Le désherbage des zones imperméables (les trottoirs, rues, allées...) n'est, à juste titre, plus autorisé : les herbicides sur ces surfaces imperméables sont rapidement et massivement transférés vers les rivières dès qu'il pleut...